Devant la gravité des événements qui se déroulent actuellement au proche Orient et en réaction aux divers appels locaux à manifester, il nous semble nécessaire de rappeler la position de François Bayrou et de Cap21 (présidé par Corinne Lepage, vice présidente du MoDem).

Bureau départemental du Modem des Alpes Maritimes.

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, appelle la communauté internationale à faire de la résolution du conflit entre Israël et Gaza sa "priorité", afin d'"inverser ce qui apparaît aujourd'hui comme une irréversible fatalité".

"L'affrontement qui a été déclenché à Gaza doit être regardé avec un immense souci pour la région et pour le monde. Cet affrontement brutal est le résultat d'une montée des tensions où se sont enchaînés blocus, rupture de la trêve, multiplication des tirs de roquettes, attaques aériennes avec leurs nombreuses victimes. Cet enchaînement ne peut entraîner qu'une dégradation durable de la situation..."

Selon François Bayrou, "le gouvernement israélien, les responsables palestiniens, les gouvernements arabes, ont une immense responsabilité, celle de mettre un terme sans délai au conflit armé, de mettre en place les conditions d'un cessez-le-feu immédiat, avant de penser à une consolidation et une pacification durables".

"La communauté internationale doit faire de la résolution de ce drame sa priorité, et l'Union européenne prendre toute sa responsabilité pour inverser ce qui apparaît aujourd'hui comme une irréversible fatalité".

Cap21 réclame un cessez-le-feu immédiat pour raisons humanitaires

Cap21, parti présidé par Corinne Lepage demande l'application de la résolution 1860 du Conseil de sécurité de l'ONU pour un cessez-le-feu immédiat.
Cap21 condamne avec une extrême fermeté l'attitude des deux belligérants, qui prennent en otage les populations et qui sont entrain de préparer un désastre humanitaire, à des fins de politiques intérieures.
Cap21 demande à Bernard Kouchner de mettre tout en oeuvre, sur la base du "droit d'ingérence" qu'il a si souvent défendu, pour qu'une force d'interposition à des fins humanitaires, aux respect des corridors ainsi que du contrôle de la circulation des armes puisse être développée dans la région.
Ce conflit sans fin aux portes de l'Europe, est un bien mauvais signal en direction de nos différentes communautés à la veille de nombreux rassemblements et Cap21 espère que la raison, les traditions républicaines d'accueil de la France l'emporteront sur la confrontation et les débordements communautaristes.