Bonjour à tous,

Suite aux très graves événements du Vendredi 13 Novembre survenus à Paris et aux trois jours de deuil national promulgués par le chef de l’État, où la solidarité internationale a joué à plein envers notre pays durement frappé dans notre chair par des terroristes ayant perdu toute humanité, je voulais si vous le permettez, remettre les choses en perspectives par rapport aux six derniers mois qui ont durement secoué notre mouvement politique départemental à l'occasion de la préparation des élections Régionales des 6 et 13 Décembre prochains.

Pour bien situer les choses, notre pays a été ciblé par une organisation terroriste « l’État Islamique » maintenant érigée en un véritable État qui a pris le contrôle d'un territoire d'un PIB de l'ordre de 2,2 milliards de Dollars, profitant de la destruction par une coalition internationale menée par les États-Unis époque Bush fils de l’Irak et n'ayant pas achevé son œuvre en assurant la succession d'un régime précédemment impitoyable avec ses opposants, et belliqueux avec ses voisins tel le Koweït. Symétriquement, la révolte désespérée des Syriens étouffés par deux générations de véritables bouchers-tyrans a constitué aussi l'opportunité pour l'EI de s'étendre sur encore davantage de territoires.

Cette Organisation - État retire des ressources naturelles des territoires qu'elle domine, du gaz, du pétrole, mais aussi de la vente d'accès ou directement de richesses archéologiques inestimables elle mêmes, qui sont les joyaux les plus anciens que nous à légué l'histoire de l'humanité, et pour parfaire la liste, de l'impôt prélevé sur les populations assiégées, prisonnières, les premières victimes de ces bourreaux déshumanisés que l'on oublie très souvent de mentionner. Ces subsides lui permettant de s'étendre encore, et de mener des actions terroristes où elle l'entend, comme elle l'a fait à Paris la semaine dernière.

Notre pays est aujourd'hui le seul de l'union Européenne à combattre Daesh frontalement, je veux dire militairement, et il n'y a de ce point de vue pas de différend entre les mouvements politiques français, hormis les postures de circonstance visant à attirer l'attention ou pour se démarquer artificiellement du pouvoir Socialiste pour rechercher un bénéfice politique de courte vue et de bien petite politique.

Nous somme pourvus en actes irresponsables de nos élus qui ont valu à notre pays la honte d'un hémicycle vociférant avant que les membres du gouvernement n'aient même pu s'exprimer devant eux à la tribune, en ces temps où le bon sens commanderait de se serrer les coudes plutôt que de se quereller même étant d'accord sur le fond. Cette campagne électorale des Régionales recèle comme toutes les autres son lot de bêtise crasse, et d'ailleurs les français l'ont bien fait comprendre à leurs représentants de retour dans leurs circonscriptions.

Ce propos liminaire me permet d'enchainer et de revenir sur la vision politique globale de notre mouvement, nous sommes favorables à une unité nationale permettant sur une durée courte dans la concorde, de réaliser les quelques grands progrès qui empêchent pour l'instant durablement le pays de sortir de l'ornière dans laquelle il est plongé. Tout le monde sait bien que ces Régionales sont dans le fond les dernières élections intermédiaires avant le grand rendez-vous de 2017, et qu'elles comptent à la marge, bien que pouvant permettre la catastrophe d'une prise de taille de la part du FN d'une ou deux Régions avec tous les attributs d'avoir obtenu un exécutif de poids dans la perspective de 2017. Faire que cela n'arrive pas doit être notre priorité affichée absolue, et se présenter sur des listes picrocholines ne risque pas de faire changer cette donne. Oui, on est sur du billard à plusieurs bandes, non, ce n'est pas une situation rêvée, mais la situation pre-2017 nous pousse vers une alliance d'Alternance, faisant suite à l'Alternative en commun avec l'UDI pour les Européennes, il y a bien une logique dans cette construction.

Décision a donc été prise au niveau du MoDem national de faire partout (à une seule exception près) pour cette élection de liste, alliance avec LR+UDI+Société civile, soit la même chose dans 12 sur les 13 Régions au total pour le mérite de la clarté de cette stratégie Nationale du MoDem. Pour ce qui est de la constitution de cette liste pour les élections régionales, c'est bien écrit dans nos statuts, le mouvement Départemental à simplement été consulté pour renvoyer des noms susceptibles de correspondre aux désidératas de nos partenaires, parité, territoire, complémentarité avec les autres membres de cette liste. Il n'a jamais été question de gérer la constitution de la liste nous-mêmes en Région, pis dans les Départements, que nos adhérents et nos cadres en déshérence lisent donc nos statuts, c'est clair et sans ambiguïté, à la fin on perd notre temps et notre énergie sur des données de base incomprise par incompétence ou par paresse intellectuelle, c'est inefficace de perdre autant de temps et d'énergie là-dessus.

Alors il y a des têtes de listes plus ou moins proches de nos idées, plus ou moins compatibles, néanmoins nous sommes ici inscrits clairement dans un début de processus d'Alternance en vue de 2017, notre moi-Président ayant refusé de faire autre chose que tous ses prédécesseurs de la Vème République, c'est-à-dire qu'il est entré dans l'impasse politique de ne gouverner que sur les bases de son propre parti, soit avec une minorité le vouant à un échec quasi certain pour une partie du quinquennat restant et pour l'élection présidentielle suivante.

La tête de liste ici pour PACA, Christian Estrosi, présente de sérieux et de nombreux inconvénients pour des centristes, et nous le savons, mais il a tout de même souhaité cette ouverture de liste jusqu'à nous, après des années de silence, et je peux ajouter même années de mépris, donc donnons-lui en acte. Qui fait de la politique doit peser les choses et rester pragmatique, là nous partons au feu, pour une fois pour avoir des élus. Sans élus point de suite, on peut continuer longtemps à supporter des listes qui n'ont aucune chance de gagner ni d'être remboursées des frais de Campagne, et donc de pouvoir proposer un travail réel par des élus et pour l'intérêt général des citoyens de ce pays. En cas de victoire de la liste Estrosi, et la prime de 25% des sièges, ce serait chose faite, avoir au moins une élue à la Région sur le quota des Alpes-Maritimes.

Par rapport à nos différends internes dont je souhaite qu'ils puissent trouver un apaisement après lesdites élections sans que nous mettions « les cadavres dans le placard », néanmoins à l'issue desquelles j'espère que nous aurons une, voire deux élues MoDem des Alpes-Maritimes au Conseil Régional de PACA, et d'autres élus dans les autres départements de la Région, et à l'issue de ces élections, espérons avoir un groupe d'élus MoDem à la région. Nous ne sous-estimons pas les pratiques politiques parfois discutables de LR dans notre département, et nous nous attendons à des vives tensions dans les années à venir en cas de désaccords, néanmoins avoir enfin des élus de ce territoire qui nous représentent nous dans les instances démocratiques est devenu vital pour nous, et en tout cas une vraie priorité.

Gilles B



assemblee_paca.jpg