logomodemdeuil.jpg

Nice vient de vivre l’horreur

Nos pensées vont vers les victimes françaises et étrangères, vers ces trop nombreux bébés et enfants, et leurs familles.
Nous disons bravo et courage, notre immense reconnaissance aux forces de l'ordre, aux services de secours et à l’ensemble des personnels soignants.

Le risque zéro n’existera jamais et le moment de l’urgence, de la gestion de crise, du deuil ne devrait laisser entendre aucune polémique, n’accepter aucune posture politicienne. Comme l’a immédiatement déclaré vendredi matin François Bayrou : « Écartons le démon de la division. Ce dont nous avons besoin, c’est de force et de détermination implacables. »

L'acte de terrorisme qui s'est déroulé à Nice nous bouleverse. Nous voudrions trouver des coupables à cette atrocité, les insulter, leur faire du mal. L'impuissance dans laquelle nous nous retrouvons fait aussi partie de la douleur qui nous est infligée. Trouver un exutoire n'apportera aucun réconfort aux victimes, ne solutionnera rien. Vouloir rendre responsable quiconque à part le conducteur, des conséquences induites par un camion de 18 tonnes lancé à 80 km/h au milieu d'une foule, insulte la réalité.

Il n'y avait pas grand-chose à faire.

Chacun se pose des questions et cherche des réponses sur la meilleure manière de répondre à cette horreur. Si nous ne pouvons pas faire grand-chose pour soutenir les familles dans la peine, ou les forces de l'ordre dans leur recherche d'explications, peut être pouvons-nous, en tant que citoyens :

Donner notre sang, dans 3 jours, 3 semaines ou 3 mois, quand l'émotion immédiate sera passée et que les besoins seront encore là.

Être responsable dans nos propos, nos publications sur les réseaux sociaux et nos échanges avec les autres pour ne pas céder aux rumeurs et aux amalgames.

Être solidaires de ceux qui souffrent en recherchant les actions les plus utiles, en donnant de notre temps à la Protection civile, la réserve citoyenne, voire la Réserve opérationnelle, aux associations.

Trouver les mots justes pour en parler aux enfants. Nous devons expliquer aux enfants et aux jeunes que la vie continue et que la souffrance fait partie de la vie.

Nous devons agir, pour que nos enfants, nos petits-enfants croient en quelque-chose et trouvent du sens à un monde où sévissent de tels barbares.

Nous avons pris le temps avant d’exprimer notre effroi, car nous voulons plus que jamais prendre du recul et de la hauteur et voir que des hommes, des femmes sont capables d’héroïsme, d'initiatives pour aider, accueillir, rendre des services, et rappeler qu'il s'agit avant tout de vivre comme des humains. De ne pas nous transformer en sauvages.

Nous voulons prendre de la hauteur pour ne pas tomber dans l’extrémisme et sortir de l’angélisme, en restant ouvert à l’espoir, à la solidarité, à encourager l’action citoyenne de chacun, la vigilance de tous qui doit se renforcer, sans panique, sans peurs irraisonnées. La conscience du risque est indispensable pour la mobilisation de tous.

Notre responsabilité politique est de faire suivre les informations officielles, de faire connaître les consignes des différents corps et services de Sécurité civile. Nous nous y sommes employés dès les premières heures en accompagnant les plus fragiles autour de nous.

Cette guerre sur notre sol exige que se renforcent civisme et citoyenneté et soutien à nos forces de l'ordre et à notre armée. Nous refusons un constat d’impuissance, l’idée que l’on ne pourrait pas faire différemment, que l’on ne saurait pas faire mieux. Cette idée n’est pas recevable quand il s’agit de centaines de vies humaines qui sont prises et d’assassinats sur notre sol. Nous ne pouvons pas l’accepter. Nous demandons l’unification rapide des services de renseignement pour que les personnes qui présentent ces mêmes profils d’hommes délinquants jeunes, qui tombent de la délinquance générale, soient identifiées et suivis. Nous demandons des moyens supplémentaires pour que la culture de la sécurité active, de la protection civile, du secourisme soit amplifiée.

Nous devons encore, acteurs politiques modérés, rechercher en toutes circonstances le chemin du dialogue et de l’unité de la Nation en affirmant et défendant avec force les valeurs de Liberté, Égalité et Fraternité

Vive Nice, vive la France

Le Mouvement démocrate des Alpes-Maritimes